A Marseille, le comportement toxique du patron du FID ne passe plus

Par

Au FidMarseille, festival de cinéma à la renommée internationale, la figure tutélaire du délégué général Jean-Pierre Rehm vacille. Les témoignages de salariés, stagiaires ou bénévoles, recueillis par Marsactu dessinent « un climat de terreur ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans une longue enquête nourrie de plus d'une dizaine de témoignages sous couvert d'anonymat, le site Marsactu dépeint l'atmosphère angoissante et le management de fer de son délégué général et directeur artistique, Jean-Pierre Rehm, figure tutélaire du cinéma documentaire indépendant et d'avant-garde française. Décrit comme « brillant » par certains de ses collaborateurs, celui qui est à la tête du festival depuis 2001, cristallise les accusations.