Villepin: «La droite m'effraie, la gauche m'inquiète !»

Par

«Les lignes rouges républicaines sont franchies une à une», écrit l'ancien premier ministre dans une tribune parue dans Le Monde.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L'ancien premier ministre de Jacques Chirac sort de son silence. Face aux déclarations de Nicolas Sarkozy concernant « le halal, l'immigration légale, les horaires de piscines municipales », Dominique de Villepin rappelle que « Jacques Chirac (avait tracé) des limites claires entre la droite républicaine et l'extrême droite ». Et il poursuit, dans une tribune publiée par Le Monde du 27 avril 2012 : « C'est mon devoir de responsable politique d'assumer aujourd'hui l'exigence de mon héritage gaulliste en disant le poison mortel qui menace la droite : celui du reniement de ses valeurs, celui du sacrifice de ce qui fait notre identité.(...) Jacques Chirac à tracer des limites claires entre la droite républicaine et l'extrême droite. Ne nous abîmons pas. Chacun de nous doit prendre ses responsabilités pour faire revenir notre monde politique à la raison et retrouver un chemin d'espérance, de réconciliation et de refondation. A la force et à la peur, nous ne pouvons, citoyens libres, qu'opposer le droit, la raison et l'humanité. » Se gardant d'appeler à voter pour l'un ou l'autre candidat, il conclut : « Le 6 mai, que chacun vote en pensant à la France et à ce qu'elle a toujours porté de meilleur, à ses valeurs de respect, de dignité et d'humanisme, parce que, en conscience, il faut bien choisir. »