Némésis, ces féministes identitaires au service du « camp national »

Ces militantes d’extrême droite ont piégé le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, au soir du second tour en diffusant une photo à ses côtés. Un nouveau coup d’éclat pour ce groupe qui prétend défendre la cause des femmes en ciblant les hommes d’origine étrangère. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Némésis a piégé Jean-Michel Blanquer. Photographié entouré des militantes d’extrême droite « féminines et féministes » sur le Champ-de-Mars à Paris lors de la soirée de célébration de la victoire d’Emmanuel Macron dimanche 24 avril, le ministre a dénoncé deux jours plus tard une « grossière manipulation ». En quête permanente de médiatisation, ce collectif, composé exclusivement de femmes et né à l’automne 2019, a multiplié les happenings lors de la campagne présidentielle.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Enquête

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

dossier

par La rédaction de Mediapart

Politique — Reportage

par Pauline Graulle
Voir la Une du Journal