Le chef de l'Etat pourra s'exprimer devant le Parlement

Par
Les députés ont adopté, lundi 26 mai, cinq nouveaux articles du projet de loi réformant la Constitution. Malgré l'opposition de la gauche et d'une partie de l'UMP, le président sera désormais autorisé à venir s'exprimer devant le Parlement, réuni en Congrès. L'interdiction du cumul chez les ministres, adoptée en commission, a été finalement rejetée en séance. «On n'est pas là pour s'excuser toute la journée d'exister», a déclaré l'ancien ministre Jean-François Copé, allergique à cette idée.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.


Mardi 27 mai, vers midi, la dizaine d'élus PS signataires d'une tribune en faveur du projet de loi constitutionnelle devaient passer un sale quart d'heure, lors d'une réunion de groupe à huit clos en sous-sol de l'Assemblée : «Pour les 17 lascars qui nous ont tiré une balle dans le pied en réclamant un compromis avec l'UMP, ça va chauffer!» résumait le député Bernard Derosier. La séance de lundi, au cours de laquelle les articles 5 à 9 du projet de loi ont été examinés, a fourni au PS de nouvelles raisons de s'opposer. Plusieurs dispositions majeures ont ainsi été adoptées, malgré ses haut-le-cœur et ses avertissements.