A Marseille, un procureur de terrain auprès de la police

Le numéro deux du parquet de Marseille se trouvait aux côtés des policiers lors des manifestations des « gilets jaunes » des samedi 1er et 8 décembre 2018. Cette présence, jugée inopportune par le ministère de la justice, a provoqué le dépaysement de l’enquête sur le décès de Zineb Redouane.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Après plus de six mois d’enquête, le policier qui a tiré la grenade lacrymogène blessant Zineb Redouane à la fenêtre de son appartement marseillais le 1er décembre n’a toujours pas été identifié.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal