Au camp d'été décolonial, les «racisés» plaident pour l'autonomie

Par

Le « camp d'été décolonial » s'est ouvert à Reims malgré les polémiques qu'il a suscitées en raison de la non-mixité demandée par les organisatrices. Cette formation est réservée « aux personnes subissant à titre personnel le racisme d’État ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre envoyée spéciale à Reims.-  Cela aurait pu être un simple séminaire sur le racisme. Auquel cas, il n’y aurait pas eu ces journalistes plantés devant un centre de vacances de Reims (Champagne-Ardenne) à l’affût de la moindre information, essayant d’alpaguer les participants à la volée pour leur arracher quelques mots. Il n’y aurait pas eu non plus cette micro-manifestation de dix militants du Front national qui ont chanté La Marseillaise devant le lieu. Il n’y aurait pas eu d’articles de presse assassins, voire carrément racistes. Il n’y aurait pas eu de débats à la radio. Il n’y aurait pas eu de communiqués d’associations anti-racistes comme la Licra ou SOS Racisme, fustigeant le racisme et le repli communautaire de ce « camp d’été décolonial ». Le samedi, un journaliste a tenté de s’infiltrer, incognito, pour assister aux conférences.