Le pari financier du quinquennat

Par

Le gouvernement prévoit une forte restriction de la dépense publique sur le quinquennat pour financer des baisses d'impôts. Une logique très fragile. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La présentation du projet de loi de finances pour 2018 était aussi celle de la loi de trajectoire budgétaire pour le quinquennat. Car le nouvel exécutif a l’ambition de « redresser les finances publiques » sur l’ensemble du mandat d’Emmanuel Macron. Certes, cette trajectoire ne vaut que pour ce qu’elle est : une déclaration d’intention avant tout. Et, comme souvent, les ratios s’améliorent plus vite à mesure que l’on s’éloigne dans le temps. Dans le plan gouvernemental, le solde budgétaire se retrouve ainsi en 2022 à 0,2 % du PIB (contre 2,9 % en 2017) et le solde structurel passe à 0,8 % (contre 2,2 % en 2017).