Les 21 millions du PDG de PSA ou la mascarade de l'autorégulation

Par

Au printemps, Pierre Moscovici avait annoncé que le gouvernement ne légiférerait pas sur les hautes rémunérations du privé, préférant s'en remettre à « l'autorégulation exigeante ». Patron de PSA, Philippe Varin a failli pouvoir lui dire merci : il voulait pouvoir partir avec une retraite chapeau de 21 millions d'euros. Un tollé d'indignation l'y a fait renoncer.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est la CGT de l’usine de Sochaux qui l’a révélé : le patron de PSA, Philippe Varin, qui va prochainement abandonner son poste, voulait partir à la retraite avec 310 000 euros par an. Pour honorer sa retraite chapeau, le groupe avait en outre provisionné près de 21 millions d’euros. En ces temps de crise, avec à la clef une multiplication des plans de suppression et de modération salariale, l’énormité de la somme a suscite légitimement un tollé d'indignation. Mais un tollé, pourquoi ? Parce que ce grand patron boulimique n’avait pas le moindre scrupule à s’octroyer une somme aussi indécente alors qu’il n’a cessé, ces dernières années, de demander des sacrifices aux salariés de son groupe ? Sans doute. Mais si cette décision a suscité l’indignation, c’est surtout parce qu’elle vient illustrer les conséquences du renoncement du gouvernement socialiste à légiférer en ce domaine. Sans être pris au sérieux par quiconque, le ministre des finances, Pierre Moscovici, avait justifié ce reniement en assurant qu’il comptait sur « une autorégulation exigeante » du patronat. Face à ce tollé d'indignation, le PDG de PSA a toutefois du annoncer mercredi dans l'après-midi qu'il renonçait à son pactole.