Quinze jours de grève pour défendre le droit d’asile

Par Michel Henry

La Cour nationale du droit dasile est chargée dexaminer les recours des demandeurs déboutés par lOfpra. En grève depuis le 13 février pour l’amélioration de leurs conditions de travail, ses agents sopposent aussi au projet de loi asile et immigration, qui ne ferait que renforcer la logique comptable qui les accable. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ils ne veulent plus de la « justice expéditive » dans laquelle la Cour nationale du droit dasile (CNDA) a, selon eux, basculé. Une dérive que le futur projet de loi sur lasile et limmigration, avec ses délais de recours raccourcis, devrait encore aggraver. Cest pourquoi les agents de la CNDA sont en grève depuis le 13 février (lire leur communiqué), soutenus par les avocats. Pour linstant, le mouvement na pas atteint ses objectifs, notamment celui de faire baisser la charge de travail.