Police et délinquance : des objectifs chiffrés à la décimale près

Par et

Plusieurs documents internes attestent la « culture du résultat » exigée des policiers. En ce mois de mars, la place Beauvau a même déjà fixé des « objectifs » quantifiés au pourcentage près pour les mois qui viennent. Au point que l'on peut deviner quel sera le bilan policier de l'année 2008... dès maintenant.

Lire aussi : fabrique des statistiques et culture de la performance.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Les chiffres de la délinquance 2008, qui tomberont début 2009, sont déjà connus. Ou presque. Disons que leurs pourcentages sont déjà définis, à la décimale près. Dans le jargon ministériel, cela s’appelle «les objectifs 2008 en matière de sécurité intérieure». Le document, à diffusion restreinte, date du 4 mars. Il est signé de la manageuse en chef : Michèle Alliot-Marie (cf.

Facsimilé Circulaire des «objectifs» 2008 pour la sécurité intérieure Facsimilé Circulaire des «objectifs» 2008 pour la sécurité intérieure
).

 

Au grand patron de la police nationale et aux différents préfets à qui elle s’adresse, la ministre de l’Intérieur fait dans le genre coaching : «Votre action devra se traduire en 2008, demande-t-elle, par une nouvelle baisse d’au moins 100.000 faits de la délinquance générale, soit 3%. La délinquance de proximité devra diminuer d’au moins 80.000 faits, soit 5%.» Il est question de «gain d’efficacité incontestable», de «gisements importants d’amélioration de notre performance globale», de «tendance générale», de «synergie», d’«améliorer le management» ou «la qualité du service public».

 

Le marché de-la-délinquance-qui-baisse, en quelque sorte, est découpé en quatre secteurs, appelés ici «priorités» : «mieux lutter contre les violences aux personnes», «renforcer les actions menées contre le terrorisme» (qui doit être combattu «avec acharnement»), «renforcer la lutte contre les violences urbaines» et celle «contre la criminalité organisée».

 

Pour ce faire, l’entreprise Police a tout prévu. Ainsi, la maison mère de la place Beauvau ne se contente pas de prédire avec dix mois d’avance la future baisse de la délinquance ; elle décortique même comment cette dernière va s’effectuer. Nom de code de l’opération : «faire des forces de sécurité intérieure un modèle de modernisation de l’Etat ». «Je veux parvenir, exige Michèle Alliot-Marie, à une police technique et scientifique de masse, au service des victimes de la délinquance quotidienne

 

Le fichier automatisé des empreintes génétiques qui « compte actuellement plus de 600.000 profils » est par exemple sommé de « passer à deux millions d’empreintes d’ici 2010». En clair, gendarmes et policiers : va falloir faire défiler les clients aux détecteurs d’empreintes! Pour le reste, un terme managérial revient à plusieurs reprises dans le document. Celui de la « mutualisation » entre police et gendarmerie. La circulaire suggère le développement d’«espaces de coopération fructueuse».

 

Sur la fin, on sent tout de même une certaine retenue dans les termes choisis. Peut-être même une gêne, par rapport à ce qui apparaît comme l’objectif n°1 de la circulaire: «la promotion de la culture du résultat ne doit pas occulter les aspects qualitatifs».

 

Voilà donc pour l’ordre de mission expédié le 4 mars par le siège national (le ministère) à ses succursales (les directions centrales de la police), priées de bien vouloir remettre « avant le 15 mars […] les objectifs départementaux, voire infra départementaux fixés pour 2008, au moyen d’un document opérationnel les décrivant et les chiffrant brièvement ».

 

Facsimilé Circulaire des «objectifs» 2008 pour la sécurité intérieure Facsimilé Circulaire des «objectifs» 2008 pour la sécurité intérieure

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale
A son arrivée place Beauvau, en juillet 2002, l’actuel président de la République avait eu ces mots : «Les responsables de la police et de la gendarmerie devront travailler en fonction d'objectifs précis et seront évalués en permanence. De leurs résultats dépendra leur carrière.» Depuis, chaque année, la publication des chiffres de la délinquance est devenue un rituel, un moment fort du pays. Les bilans, à peine discutés, semblent aller de soi. Leur logique même, leur fabrication, sont finalement assez peu discutées. Le rouleau compresseur de l’évidence et des 20h triomphe. Les documents sur lesquels nous nous arrêtons semblent pourtant montrer qu’il y a matière à discuter. Le débat, entamé entre autres cet automne par les auteurs de Police – Des chiffres et des doutes, reste donc d'actualité. Plus que jamais.