Médicaments : ce qu'il faut changer

Par

Du scandale Mediator aux réunions secrètes des gendarmes du médicament, en passant par les activités de conseil de Jérôme Cahuzac ou d'Aquilino Morelle, l'influence des laboratoires est omniprésente dans le monde des experts du médicament. Au-delà des excès d'une minorité, plusieurs facteurs structurels expliquent la toute-puissance de Big pharma. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mise en relief par le scandale du Mediator, la question de l’indépendance des experts est la clé de la confiance des citoyens dans leur système de santé. Confiance mise à mal par la révélation des multiples conflits d’intérêts qui affectent le contrôle des médicaments. Le monde de l’expertise apparaît aujourd’hui marqué par l’emprise des laboratoires et le mélange de genre entre activités privées et missions de service public. Et cela, dans un contexte de recul général du pouvoir de l’État, alors que la puissance de l’industrie pharmaceutique ne cesse de croître : elle a franchi, en 2014, le seuil de 1 000 milliards de dollars (924 milliards d’euros) de chiffre d’affaires mondial.