Dans le Nord, des candidats à couteaux tirés pour achever le PS

Par

Département, région, fédération, les aubryistes multiplient les revers électoraux. Sur fond de déliquescence du Parti socialiste local, quatre candidats à la succession de l’ex-député Bernard Roman se disputent l’incarnation de la nouvelle politique contre l’ancien monde dans la 1re circonscription du Nord.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Lille (Nord), de notre envoyé spécial. - « Ah, regardez, il y en a plein ! » s’exclame François Lamy à la vue d’un stand de hand spinners, ces toupies à main censées faire office d’anti-stress. Ce mardi matin, le candidat du Parti socialiste dans la 1re circonscription du Nord fait le tour des marchés avec une poignée de militants. « On a toujours des spinners sur nous, on est obligés », s’amuse Dylan, étudiant en droit public, venu tracter dans les travées du marché de Wazemmes, quartier populaire de l’ouest lillois. « François, il en a toujours un dans la poche ! » La faute à une campagne « stressante », en raison notamment du score important d’Emmanuel Macron dans cette circonscription (24,01 % au premier tour de la présidentielle) et des relations frictionnelles avec ses militants locaux : « Ils sont absolument odieux, tempête Dylan. Macron veut supprimer 120 000 fonctionnaires, alors qu’ici il y a beaucoup de gens précaires, au RSA… Ils sont offensifs parce qu’ils n’arrivent pas à occuper le terrain. »