Le gouvernement encore au chevet de la LMDE, mutuelle des étudiants

Par

Une mutuelle qui n’en est pas vraiment une, née sur les décombres de la MNEF, réanimée plusieurs fois : la LMDE, aujourd’hui placée sous administration provisoire, est une caricature des dysfonctionnements du régime de sécurité sociale des étudiants, complexe et inutilement coûteux. La clémence qui l’entoure s’explique par son efficace réseau politique, via le syndicat étudiant Unef.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un énième écart de conduite dans une vie chaotique. La Mutuelle des étudiants (LMDE) vient d’être placée sous administration provisoire. Ses administrateurs étudiants ont été chassés des lieux : ils n’ont plus de bureau, plus d’adresse mail, plus de téléphone et plus d’indemnités. Une administratrice provisoire dirige dorénavant la mutuelle. « Cette décision n’a pas été prise à la légère », souligne l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), la police des banques et des assurances. En cause, une nouvelle et énième dégradation des comptes de la mutuelle.