L'échec économique, le désastre social

Par

Des études économiques de plus en plus nombreuses attestent que les 35 milliards d'euros offerts par Hollande aux entreprises généreront d'abord des effets d'aubaine, et très peu d'effets sur l'emploi. Plus grave, l'envolée continue du chômage se double d'une précarité galopante. Désormais, à peine plus de 8 % des embauches se font en CDI.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est l’effet boomerang du choix fait par François Hollande dès le début de son quinquennat : comme il a construit toute sa présidence sur un cadeau historique apporté au patronat, qui préempte toutes les autres marges de manœuvre, l’échec de cette réforme, qui au fil des mois devient de plus en plus manifeste, signe celui de toute sa politique économique et sociale. Faisant sienne la politique de l’offre défendue par les néolibéraux, au risque de choquer son propre camp, François Hollande espérait sans doute au moins qu’il pourrait apporter la preuve que cette stratégie était fructueuse. Or, c’est la démonstration inverse qu’il est en train, contre son gré, d’administrer : non seulement le cap choisi est socialement destructeur, gonflant le chômage et la précarité, mais le chef de l’État ne peut même plus prétendre qu’il est économiquement pertinent.