Espérance Banlieues: la belle histoire se fissure

Par

Depuis qu’un audit de la Fondation pour l’école a révélé des dysfonctionnements, l’horizon jusqu’ici radieux d’Espérance Banlieues s’assombrit. Ce réseau d’écoles privées hors contrat implantées dans les quartiers populaires et promouvant des méthodes traditionalistes voit se succéder crises et scissions entre ses fondateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ouvrir une réunion de conseil d’administration par une messe. La proposition est formulée avec un ton parfaitement naturel, en janvier 2019, par Éric Mestrallet. Ce chef d’entreprise proche de la droite chrétienne, par ailleurs président d’Espérance Banlieues, propose dans un courrier électronique de commencer un conseil d’administration de la Fondation pour l’école, qui chapeaute alors le réseau d’établissements, par une cérémonie religieuse. Or, officiellement, ces dernières sont apolitiques et aconfessionnelles.