Thierry Solère lâche finalement la questure de l'Assemblée

Par

Après son ralliement tardif à La République en marche, Thierry Solère avait d’abord refusé de quitter ses fonctions de questeur de l’Assemblée nationale, qu’il occupait en tant que député d’opposition. Face à l’indignation générale, il a finalement accepté de démissionner.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il avait pris des allures de forcené, barricadé dans la questure de l’Assemblée nationale. Thierry Solère a finalement accepté de lâcher son poste « dès la fin de cette année ». « J’entends monter une impatience à ce que la pluralité de la vie démocratique de l’Assemblée nationale puisse s’exprimer rapidement et que ça n’attende pas le mois d’octobre prochain, a déclaré le député Les Constructifs à Cnews. Je vais quitter mes fonctions de questeur dès la fin de cette année, pour permettre dès le début de l’année 2018 […] que l’opposition puisse être représentée au sein de la questure. » « Il n’y a aucune difficulté à cela », a ajouté Thierry Solère. Une déclaration qui ne manque pas de sel au vu du langage qu’il tenait la veille encore à BFMTV : « Je n’ai aucune raison de démissionner, je suis très heureux avec Florian Bachelier et avec Laurianne Rossi [les deux autres membres de la questure – ndlr] de participer à un moment très important pour le parlement qui est l’application de la loi confiance, la réforme de l’IRFM, renouer ce lien avec le parlement. » « Le poste de questeur n’appartient pas aux partis politiques […] ce sont les députés qui procèdent à des élections », avait-il également déclaré.