La justice annule la décision du rectorat de Dijon d’écarter un professeur musulman

Par

Le tribunal administratif de Dijon a estimé que les éléments rapportés par le principal du collège étaient « insuffisants » pour que le rectorat écarte ce professeur de physique-chimie, sous prétexte que son comportement avait « créé un climat d’inquiétude au sein de l’équipe d’encadrement du collège ». Mais le rectorat de Dijon ne compte pas le réembaucher pour autant.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Licencié en biologie, Abdallah*, 26 ans, enseignait la physique-chimie comme contractuel en Bourgogne-Franche-Comté depuis avril 2018. Alors que son contrat dans le collège de Chablis (Yonne) devait être prolongé, il avait été écarté par le rectorat de Dijon en novembre 2018, après un signalement du principal au motif d’un « sentiment de malaise » créé par ses demandes concernant les clés du portail et de l’alarme anti-intrusion.