A Orchestra, le cauchemar social continue, sauf pour les dirigeants

Par Lucie Lecherbonnier (Le D'oc)

Prime aux objectifs inatteignables, interdiction de parler, arrêts maladie et accidents de travail sanctionnés… Les conditions de travail dans les entrepôts d’Orchestra, leader mondial de la mode pour enfants, sont aussi inquiétantes que celles en magasin, révélées en juin dernier. Au Smic pour la plupart, sans réel espoir de primes ni de promotions, les employés font les frais d'une stratégie salariale à bas coût, que ne s’applique pas la direction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

De notre partenaire à Montpellier, Le D'Oc. - « On s’est rendu compte avec votre article que nous n’étions pas les seuls à vivre ça. C’est partout. Et c’est Orchestra tout court. » Ces mots de Juliette, employée en magasin, résument en substance ce qu’une dizaine d’employés d’Orchestra en France, et même en Suisse, ont tenu à nous faire savoir après la publication de notre première enquête en juin dernier (lire notre article : Orchestra, du conte de fées au cauchemar des employés).