Airbus est menacé par une affaire de commissions occultes

Par et Geoffrey Le Guilcher et Geoffrey Livolsi

Un contrat de 10 milliards de dollars portant sur la livraison de 160 Airbus, signé en 2007, a-t-il donné lieu à un système de commissions occultes ? Deux intermédiaires turcs accusent le groupe aéronautique. La brigade financière enquête. Mediapart a obtenu un document manuscrit attribué au numéro trois du groupe, fixant le niveau des commissions à 250 millions de dollars.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Avec des créanciers comme ceux-là, le groupe Airbus est mal tombé. Deux hommes d’affaires turcs, Sinan Gursoy, 60 ans, et Okan Tapan, 67 ans, intermédiaires occasionnels du groupe aéronautique européen, ont déposé plainte à Paris en avril dernier pour « abus de confiance » contre Airbus après lui avoir réclamé, en vain, le paiement des commissions qu’ils attendaient sur la vente de 160 avions à la Chine. L’enquête, qui vient d’être confiée à la Brigade financière, met au jour un nouveau système de commissions occultes mis en place pour décrocher le marché chinois.