La colère des déçus du macronisme

Par

Depuis 2017, une trentaine de députés ont quitté les rangs de LREM. À un an de la présidentielle, ils expliquent pourquoi ils s’étaient engagés derrière Emmanuel Macron, et pourquoi ils ne sont pas près de le refaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 2017, ils étaient là. Derrière Emmanuel Macron et à ses côtés sur les affiches de campagne bleu ciel des élections législatives. La plupart d’entre eux entraient à l’Assemblée nationale pour la première fois. Certains avaient déjà eu des responsabilités ou des mandats au Parti socialiste (PS), d’autres se lançaient tout juste en politique. Tous avaient choisi de rejoindre La République en marche (LREM), convaincus par le projet et les promesses de son candidat devenu chef de l’État. Tous ont déchanté.