A Paris, le procès de la filière djihadiste de La Réunion

Par

Le djihad armé et l'acheminement de personnes en zone de guerre irako-syrienne ont longtemps épargné l'outre-mer français. À Paris, le procès de Naïl Varatchia entame le discours politico-religieux qui cite la communauté musulmane réunionnaise en exemple de tolérance.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Naïl Varatchia, 23 ans, a été condamné ce mercredi 28 juin à sept ans de prison ferme pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un acte terroriste ». Sa peine est assortie d'une période de sûreté des deux tiers et le tribunal a décidé de son maintien en détention. Une journée ordinaire pour la 16e chambre du tribunal correctionnel de Paris, spécialisée dans les petites et grandes affaires liées au terrorisme.