Tricastin : le procureur demande la clémence pour les militants de Greenpeace

Par

Mardi 29 juin, trente-quatre militants de Greenpeace ont comparu à Valence à la suite d’une plainte d’EDF. L’électricien leur réclame des dommages et intérêts faramineux pour s’être introduits en février 2020 sur le site de la centrale de Tricastin, à Saint-Paul-Trois-Châteaux (Drôme). Pas de quoi convaincre le procureur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Valence (Drôme).– Dès 7 h 30 du matin, le comité de soutien de Greenpeace a pris place sur le parvis du tribunal de Valence. Ses membres sont venus soutenir leurs trente-quatre camarades, avec le café et les pancartes ornées du logo vert et jaune. Ceux-ci sont poursuivis pour s’être introduits en février 2020 sur le site de la centrale de Tricastin afin de procéder symboliquement à son démantèlement, armés d’une mini-tractopelle et de marteaux en carton.