La sauvagerie politique de Gérald Darmanin

Par

Mis en cause pour des faveurs sexuelles qu’il est suspecté d’avoir obtenues en échange d’interventions politiques, lié à un ex-président de la République triplement mis en cause par la justice, Gérald Darmanin n’aurait jamais dû être promu ministre de l’intérieur. Son comportement depuis montre que son départ serait de salubrité publique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alors qu’il est encore visé par une enquête judiciaire pour viol, ayant obtenu des faveurs sexuelles tout en promettant une intervention politique, la récente promotion ministérielle de Gérald Darmanin fut une insulte faite aux femmes victimes des abus des hommes, de leur violence et de leur privilège (lire l’article de Lénaïg Bredoux).