Rentrée: le déclin de la fiction présidentielle

Par

Une crise peut en cacher une autre. Le macronisme entame cette rentrée dans un état proche de l’urgence. Mais au-delà de la conjoncture d’automne, les déboires du président français s’inscrivent d’abord dans une succession d’échecs qui remontent, au minimum, à l’élection de Jacques Chirac.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Fonction présidentielle »… Voilà plus d’un demi-siècle qu’on se gargarise en France avec cette forme de majesté républicaine. Soixante ans que les présidents et leurs alliés se parent de ce symbole suprême pour exiger une forme de silence à leurs oppositions. Et soixante ans que les oppositions dénoncent un usage abusif de la Constitution, avant de s’en servir elles-mêmes, en accédant à l’Élysée.