La France insoumise se disloque autour de l’islamophobie

Par

Une phrase prononcée aux universités d’été du mouvement a ravivé les fractures internes sur la laïcité et le rapport à l’antiracisme. Des représentants des quartiers populaires qui ont pourtant participé aux succès électoraux de La France insoumise prennent leurs distances.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La rentrée s’annonçait plutôt pleine d’espoirs. L’université d’été de La France insoumise (LFI), organisée fin août à Toulouse, affichait complet, les débats étaient sereins, le nouveau chef du mouvement, Adrien Quatennens, prenait ses marques. L’eau avait passé sous les ponts depuis le fiasco des européennes. Et en l’absence de Jean-Luc Mélenchon, parti en Amérique du Sud, l'automne, chargé sur le plan social, ouvrait de nouvelles perspectives.