Nicolas Cadène: «Il n’y a pas un mais des séparatismes en France»

Invité d’« À l'air libre » mardi, le rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité a défendu le « strict respect de la loi » alors que certains dans la majorité lui reprochent un certain laxisme. Également au sommaire : le rapport d’Amnesty International sur le droit de manifester en France et Israël sous confinement.

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

À l'air libre (10) Nicolas Cadène : "Il n'y a pas un mais des séparatismes en France" © Mediapart
PDF

<img data-asset="

" src="https://via.placeholder.com/854x480&text=À l'air libre (10) Nicolas Cadène : "Il n'y a pas un mais des séparatismes en France"" alt="À l'air libre (10) Nicolas Cadène : "Il n'y a pas un mais des séparatismes en France"" data-mediapart-media-id="9387cb9c-ec34-11ec-b97b-000c29f3dae3" data-insert="options%5Blegend%5D=%C3%80+l%27air+libre+%2810%29+Nicolas+Cad%C3%A8ne+%3A+%22Il+n%27y+a+pas+un+mais+des+s%C3%A9paratismes+en+France%22&options%5Bhighlight%5D=0" />

« À l’air libre », l’émission qui ouvre en grand les fenêtres !

  • Au sommaire

Alors qu’Emmanuel Macron nous parlera vendredi de séparatisme et de la loi qu’il entend faire voter, la laïcité reste un sujet de tensions dans le débat public. Et en ce moment même dans la majorité, avec un amendement mettant en cause l’Observatoire de la laïcité. Nicolas Cadène, son rapporteur, est notre invité.

Au sommaire également, un rapport d’Amnesty International dénonce un « acharnement policier et judiciaire » contre les manifestants en France qui affaiblit le droit de manifester. On fait le point avec Anne-Sophie Simpere, d’Amnesty.

Et puis nous partons en Israël : le pays a reconfiné pour atténuer la deuxième vague de Covid. Une mesure de moins en moins bien acceptée. Salomé Parent est à Tel Aviv.


À l’air libre

À l’air libre
par À l’air libre
À l’air libre
par Caroline Coq-Chodorge
À l’air libre
par À l’air libre

À la Une de Mediapart

International — Économie
Chine et États-Unis entrent dans un nouveau cycle de tensions économiques
La crise taïwanaise a prouvé la centralité de la compétition entre Pékin et Washington. Sur le plan économique et historique, c’est aussi le produit des errements de la gestion par les États-Unis de leur propre hégémonie.
par Romaric Godin
Violences sexistes
Discriminations sexistes à l’entrée de prisons : des retraits de soutiens-gorge imposés à des avocates
Cela fait une décennie que des avocates signalent des retraits de soutiens-gorge imposés par des surveillants quand elles se rendent en prison. Depuis la diffusion d’une note par l’administration pénitentiaire en juillet 2021 interdisant cette pratique, au moins quatre avocates ont rapporté avoir été ainsi « humiliées ».
par Sophie Boutboul
Santé — Enquête
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint
Amériques
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ». Premier volet de notre série sur la guerre des espionnes.
par Patricia Neves

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne