Une étude révèle le sentiment d’impunité des patrons proches de Sarkozy

Par et

Trois économistes ont analysé le comportement des grands patrons liés à Nicolas Sarkozy en 2007 et leur propension à enfreindre les règles sur les marchés financiers. Leurs résultats sont décapants.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La loi interdisait peut-être à Mediapart de publier la liste des plus gros donateurs de l’UMP dans son intégralité, mais pas de la transmettre à des chercheurs en économie de la criminalité. C’est ainsi qu’un fichier du « Premier cercle » regroupant 544 noms, soit l’ensemble des soutiens de Nicolas Sarkozy ayant offert plus de 3 000 euros à son parti en 2007 (François Pinault, André Bettencourt, etc.), a atterri dans les ordinateurs d’universitaires dotés d’un penchant original : l’analyse des « connexions politiques » des hommes d’affaires et l’impact qu’elles ont sur leur propension à commettre des délits financiers, en particulier des délits d’initié.