Comment nous avons mené l’opération «Grande Vacance» à Marseille

Par

Un an après l’effondrement des immeubles de la rue d’Aubagne, dont un était propriété d’une société publique gérée par la Ville, zoom sur l’incurie de la politique de Jean-Claude Gaudin, entre prébendes et laisser-faire coupable. Pour mener cette enquête, nous avons croisé les 5 424 transactions immobilières opérées depuis 2003 par la Ville et un travail de vérification sur le terrain. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une coopération inédite pour un défi d’envergure. Depuis le début de l’année 2019, quatre médias (La Marseillaise, Marsactu, le Ravi et Mediapart) enquêtent ensemble sur la gestion par la Ville de Marseille des immeubles dont elle est propriétaire en centre-ville. Nous publions ce 29 octobre 2019 les premiers résultats de ce travail minutieux, avec un zoom sur le patrimoine public laissé à l’abandon, parfois jusqu’à la démolition ou, pour l’exemple extrême du 63, rue d’Aubagne, jusqu’à l’effondrement.