Procès Chossat: un «repenti» corse avec sa part de mystère

Par

Véritable « repenti » pour ceux qui croient en sa bonne foi, « manipulateur » pour ses détracteurs, Claude Chossat a livré à la justice bon nombre d’éléments sur le fonctionnement du gang corse de la Brise de mer. Mais son témoignage souffre encore de plusieurs zones d’ombre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), envoyée spéciale.– À l’écouter raconter sa vie à la barre, « on lui donnerait le bon Dieu sans confession », comme disait de lui son premier patron. Face au président Jean-Luc Tournier, Claude Chossat parle de son enfance « très tranquille » dans le petit village de Cuttoli-Corticchiato (Corse-du-Sud), sur les hauteurs d’Ajaccio, de ses parents aimants, de ses frères avec lesquels il s’est toujours bien entendu, du football avec les copains, des retards au collège à cause du bus, de son premier job comme électricien…