En Aveyron, le rictus antisocial de Ronald McDonald

Par

Cela fait près de cent jours que le conflit dure, et se durcit, dans le restaurant de Villefranche-de-Rouergue, où six salariés luttent pour une amélioration de leurs conditions de travail dans un climat exécrable d'homophobie, d'intimidation et de répression syndicale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En connaisseurs, le commissaire et un syndicaliste discutent des fumées nocives de la gomme cramée. Mais le tas de pneu ne brûlera pas. Il est 15 heures ce mardi 28 novembre, et la délégation de salariés et militants CGT sort de sa brève négociation avec la direction de Martin Brower, prestataire de transport pour les restaurants McDonald's, dont deux camions sont bloqués sur site depuis le petit matin. « On leur a fait perdre leur journée, on a réussi quelque chose, se félicite Didier Pons, secrétaire général de l'UL-CGT Rodez. Et on leur a dit qu'ils devaient trouver un moyen d'établir le contact avec la DRH de MacDo France s'ils ne veulent pas qu'on revienne dans les prochains jours. » En attendant, décision est prise de quitter les lieux « très, très tranquillement » sous les yeux de la trentaine de policiers venus faire respecter la décision préfectorale de levée du blocage.