Législatives 2017: des entourloupes dans le financement public des partis

Par Pierre Januel (Mediacités)

Des candidates fantômes à l’UDI pour éviter de payer une amende de non-respect de la parité, une pirouette financière qui fait gagner 850 000 euros au MoDem, une faveur de 800 000 euros pour le Parti radical de gauche… Notre partenaire Mediacités a repéré plusieurs arnaques et bizarreries dans le financement public des partis politiques.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Si la démocratie a un coût, elle n’a pas de prix », dit l’adage. Pour les législatives de juin 2017, le coût s’élève à 68 millions d’euros par an : c’est le montant du financement public direct des partis politiques. Un joli magot que s’est partagé une trentaine de partis selon des règles très précises, en fonction du nombre de parlementaires élus mais aussi du dépassement – ou non – d’un seuil de 50 candidats ayant récolté plus de 1 % des voix. Mediacités s’est penché très attentivement – et non sans mal (voir sous l’onglet Prolonger) – sur les données officielles. Nos efforts ont été amplement récompensés.