Seine-Saint-Denis: le «sentiment d’impuissance» de soignants épuisés

En Seine-Saint-Denis, les capacités d’hospitalisation des malades du Covid-19 sont déjà saturées. Alors que ce département disposait d'un faible nombre de lits d’hôpital, les soignants sont sous le choc. Inquiets pour la population.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

«Je ne laisserai personne dire qu’il y a eu du retard sur la prise de décision s’agissant du confinement », a déclaré le premier ministre, samedi 28 mars. Les chiffres sont cependant têtus : deux semaines après sa mise en place, les effets se font encore attendre, alors que la saturation des hôpitaux, jusqu’ici limitée au Grand Est, gagne l’Île-de-France. La région la mieux équipée du pays en hôpitaux fait des efforts colossaux pour ouvrir mille lits de réanimation en catastrophe, afin de porter les capacités de réanimation à 2 000 lits, mais 1 694 étaient déjà occupés, dimanche 29 mars, par des malades du Covid-19. Tous les lits ouverts se remplissent « dans la journée », témoigne ainsi Yacine Tandjaoui, réanimateur à l’hôpital Avicenne de Bobigny. « On était déjà passés de seize à trente-deux lits de réanimation. Le week-end dernier, on a ouvert huit lits dans le service de cardiologie en réanimation, et ce lundi, quatre lits supplémentaires ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal