Ne revenons pas sur la résistance de trois mois rencontrée par la loi sur le travail, d'autant qu'elle n'est pas finie. Comme chacun le sait, elle serait composée de gens « qui n'ont rien dans le cerveau » (dixit Nicolas Sarkozy) ou d'attardés du dix-neuvième siècle (selon Manuel Valls ou Emmanuel Macron). Un combat d'arrière-garde, contre la poussée inévitable et triomphale du courant libéral. Ce courant dont le magazine Le Point est l'un des fers de lance, décomplexé et accusateur.