Malta Files: les mystères des eaux d’Orezza

Pendant qu'elles obtenaient – fait rare – la nationalité monégasque, Marie-Laurence et Frédérique Mora, propriétaires des eaux d’Orezza, s’activaient en secret pour mettre leur fortune à l’abri des regards indiscrets. Les documents Malta Files prouvent qu'elles ont confié à des experts fiscaux le soin d'élaborer un montage sophistiqué.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le précieux document de naturalisation signé du « prince Albert II, par la grâce de Dieu, prince souverain de Monaco » a été paraphé le 20 février 2014. Il accorde la nationalité monégasque à deux Françaises, Marie-Laurence veuve Moracchini dite « Mora », 68 ans, et sa fille Frédérique Moracchini dite « Mora », 31 ans. Ce privilège aussi rare que convoité, dont ne bénéficient chaque année qu’une poignée de personnes, leur permettant d’échapper à tout impôt, est délivré selon le bon vouloir du prince. Certains intriguent pendant des années pour l’obtenir, sans succès, à l’exemple de l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev, actionnaire du club de football AS Monaco.