Presque douze heures d'audience, une séance fleuve devant la commission administrative paritaire du CNRS pour Vincent Geisser hier lundi 29 juin. Et toujours pas de proposition de sanction. Cinq membres de la commission ont voté pour un avertissement, les cinq autres ont voté contre. Le CNRS, qui attendait l'avis de cette commission, devra donc trancher sans que ne lui soit proposée une sanction.