La liberté de la presse à l’épreuve de l’affaire Bettencourt

Par

Sept ans après la révélation en juin 2010 de l’affaire Bettencourt, s’est tenu à Bordeaux le procès en appel de ceux sans qui elle n’aurait jamais existé : le majordome qui réalisa les enregistrements clandestins et les journaux qui les ont rendus publics – Mediapart et Le Point. Le parquet n’a pas supporté que nous ayons été relaxés en première instance au nom du devoir d’alerte et du droit de savoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les avocats de Mediapart, Mes Jean-Pierre Mignard et Emmanuel Tordjman, ont fait le compte : avec ces deux jours d’audiences bordelaises, nous aurons été confrontés, depuis 2010, à pas moins de quarante-trois magistrats dans la seule affaire Bettencourt (notre dossier est ici). Que ce soit au civil ou au pénal, durant un septennat entier, nous n’avons cessé de devoir nous justifier d’avoir simplement fait notre métier : apporter des informations d’intérêt général, au service du droit de savoir du public.