Le prosulfocarbe, un herbicide aussi dangereux qu’envahissant

Par Solenne Durox

Depuis trois ans, des résidus de prosulfocarbe, un désherbant utilisé par les producteurs de céréales et de pommes de terre, sont retrouvés régulièrement sur des cultures pour lesquelles il n’est pas autorisé, parfois au-delà de la limite maximale. Des contaminations aériennes qui mettent en péril l’activité de producteurs bio et qui font l’objet d’un plan de surveillance national.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jamais un pesticide n’aura autant fait parler de lui que le glyphosate. Mais si celui-ci n’était finalement que l’arbre qui cache la forêt ? Alors que les jardiniers amateurs n’ont déjà plus le droit d’utiliser ce produit en France, d’autres substances phytosanitaires inquiètent les autorités sans pour autant faire la une des journaux télévisés. Selon le directeur général de l’Anses, Roger Genet, cité par le rapport de la mission d’information commune sur l’utilisation des produits phytopharmaceutiques (avril 2018), « concernant la dangerosité, se trouvent aujourd’hui sur le marché des produits beaucoup plus préoccupants ». Et de pointer du doigt, parmi quatre autres substances, le prosulfocarbe.