Le mauvais coup des sénateurs contre la presse numérique

Par

Quatre amendements au projet de loi Égalité et citoyenneté modifient en profondeur le droit applicable à la presse. Sur Internet, la prescription des délits de diffamation serait ainsi quasi impossible, et le désistement du plaignant ne viendrait plus automatiquement clore une affaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce sont quatre amendements, assez techniques, au projet de loi Égalité et citoyenneté, déposés par deux sénateurs PS, Thani Mohamed Soilihi (Mayotte) et Alain Richard (Val-d’Oise), mais ils pourraient avoir des répercussions importantes en matière de droit de la presse. Le texte Egalité et citoyenneté sera examiné du 4 au 12 octobre en séance, avant une adoption par les sénateurs le 18 octobre. Il repartira ensuite à l'Assemblée.