A la Région Sud, Estrosi a gardé un goût prononcé pour les hôtels de luxe

Par et

Des nuits d’hôtel à 360 euros, un dîner bling-bling au Festival de Cannes sans passer de marché : dix-huit mois après son départ de la présidence de la Région Sud, les dépenses de Christian Estrosi continuent d’agiter la collectivité. Le maire LR de Nice fait preuve de constance en la matière : Mediapart l’avait déjà épinglé en 2014 pour des nuitées quatre étoiles aux frais de sa Ville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était l’une des marottes du Christian Estrosi de fin 2015, celui qui surjouait la « résistance » dans l’entre-deux-tours des élections régionales qui l’opposaient au Front national (ex-Rassemblement national). Pour prouver à quel point il avait compris le message adressé par les électeurs tentés par Marion Maréchal-Le Pen, l’actuel maire LR de Nice (Alpes-Maritimes) avait demandé à tous ses colistiers de signer une charte d’éthique, par laquelle ils s’engageaient notamment « à ne pas utiliser les ressources et les moyens mis à [leur] disposition pour l’exercice de [leur] mandat ou de [leurs] fonctions à d’autres fins ».