A Florac dans les Cévennes: «On ne va pas passer nos vies à porter le masque»

Par

Dans la modeste sous-préfecture de Lozère, plutôt épargnée par l’épidémie, si certains habitants et militants associatifs se disent ouvertement « anti-masques », d’autres, plus nombreux, le portent tout en se « questionnant » sur l’utilité d’une mesure qu’ils jugent « disproportionnée ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Florac (Lozère).– Elle a un temps habité un hameau isolé, près des causses calcaires qui surplombent la commune. Il y a trois ans, elle a choisi de s’installer dans le centre de Florac, se débarrassant d’une voiture dont elle ne voulait plus dépendre. Marie-Hélène Dupy, 61 ans, offre le café dans la petite maison en pierre qu’elle loue, sans poste de télévision ni connexion Internet. Au fil des années, elle s’allège.