La justice soupçonne un administrateur du Sénat d'espionnage pour la Corée du Nord

Par et

Un administrateur du Sénat, propagandiste en faveur du régime de Pyongyang, a été mis en examen, jeudi 29 novembre, pour « trahison » et « intelligence avec une puissance étrangère ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Soupçonné d'avoir transmis des renseignements à la Corée du Nord, un fonctionnaire du Sénat, Benoît Quennedey, a été mis en examen jeudi 29 novembre en fin de journée, après 96 heures de garde à vue, pour « trahison par livraison d'informations à une puissance étrangère, recueil en vue de livraison à une puissance étrangère et intelligence avec une puissance étrangère ».