Les morts de la rue d’Aubagne: notre dossier Entretien

A Marseille, «la lutte contre l’habitat indigne ne sert qu’à évincer les plus pauvres»

Parmi les immeubles évacués en urgence depuis l’effondrement de la rue d’Aubagne, trois sont propriété de la commune de Marseille ou de ses satellites. Comment expliquer que la Ville les ait laissés se délabrer ? Pour le militant Noureddine Abouakil, c'est le résultat de la politique de gentrification voulue par Gaudin depuis 1995.

Louise Fessard

30 novembre 2018 à 08h20

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

À Marseille, l’effondrement de deux immeubles à Noailles le 5 novembre 2018 a provoqué un exode intérieur. Depuis, 1 482 personnes, soit l'équivalent d'un village, ont été évacuées par les marins-pompiers de leurs immeubles pour des raisons de sécurité, dont 1 036 qui habitaient dans des immeubles en dehors du périmètre de la rue d’Aubagne où a eu lieu la tragédie.

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

France — Analyse
par Lénaïg Bredoux
International — Article
par Caroline Coq-Chodorge
International — Article
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
France — Reportage
par Sheerazad Chekaik-Chaila
France — Parti pris
par Carine Fouteau
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Médias — Enquête
Vincent Bolloré lorgne « Le Figaro »
Après avoir conquis Canal+, CNews, Europe 1, « Paris Match » ou encore « Le Journal du dimanche », Vincent Bolloré a engagé, d’après nos informations, des négociations pour prendre le contrôle du « Figaro ». Au risque de relancer les polémiques sur la concentration des médias au profit des puissances d’argent.
par Laurent Mauduit
Droite — Enquête
Guillaume Peltier met l’argent public au service de sa petite entreprise politique
Le député Guillaume Peltier, figure des Républicains qui flirte avec l’extrême droite, a organisé tout un système pour servir son destin personnel, qu’il imagine présidentiel. Mais d'après notre enquête, son projet se construit avec des moyens publics. Et certains de ses plus grands donateurs obtiennent des avantages douteux.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Dossier. Violences sexuelles : la justice en question — Enquête
Le Conseil d’État secoué par plusieurs affaires de violences sexuelles
L’institution a été confrontée à un magistrat accusé de propos et gestes déplacés. Elle doit se défendre d’avoir manqué à ses obligations d’employeur dans un autre cas, et promet un vaste plan de formation.
par Lénaïg Bredoux
Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français — Entretien
Nouvelle-Calédonie : « Une volonté de l’État de pousser à la violence »
Alors que l’État vient de confirmer la date du 12 décembre pour la tenue du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, dont les indépendantistes avaient demandé le report en raison de la situation sanitaire, entretien avec Laurie Humuni, membre du bureau politique du FLNKS.
par Joseph Confavreux

Nos émissions