Guéant-Djouhri: les nouvelles pièces de la compromission

Par et

Des documents saisis au domicile d’Alexandre Djouhri accablent Claude Guéant: le RIB de l’ancien ministre, un contrat lui promettant le versement par une municipalité russe de 25 000 euros mensuels et une lettre prouvant son intervention dans la Légion d’honneur attribuée à un négociateur de la vente des porte-hélicoptères Mistral à la Russie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’intermédiaire Alexandre Djouhri a tout fait pour empêcher la transmission de ses archives à la justice française et l’on comprend désormais pourquoi. Saisis en mars 2015, lors de multiples perquisitions à Genève, alors que Claude Guéant était mis en examen dans l’affaire des financements libyens à Paris, ces documents complètent le puzzle de la compromission du haut fonctionnaire proche de Nicolas Sarkozy, ancien secrétaire général de l’Élysée puis ministre de l'intérieur. Ils n’ont été versés à la procédure française que récemment, à la suite de l’ultime décision du tribunal fédéral suisse qui a débouté Djouhri, en octobre dernier.