Pierre Moscovici à contre-emploi à la Cour des comptes

Par

Sur décision d’Emmanuel Macron, l’ex-ministre des finances et ex-commissaire européen va devenir premier président de la juridiction financière. Son rôle dans le scandale Cahuzac et l’affaire Kohler aurait pourtant pu le disqualifier pour occuper la fonction.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tous ceux qui connaissent la Cour des comptes le savent : de très nombreux magistrats financiers – nous disposons d’innombrables témoignages – espéraient qu’Emmanuel Macron ne nomme pas Pierre Moscovici à la tête de la juridiction financière. Et comme, depuis le départ en janvier de l’ex-premier président de la Cour des comptes, Didier Migaud, vers la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, le temps commençait à passer, beaucoup pensaient que le chef de l’État ne prendrait pas cette décision.