Steve Maia Caniço, le mort de trop pour Emmanuel Macron

Par

L’usage excessif de la force discrédite moralement le mandat d’Emmanuel Macron. La carte blanche donnée aux forces de l’ordre a déjà fait deux morts et des centaines de blessés en quelques mois. Jusqu’où ce pouvoir veut-il aller ? Des procureurs aux ordres du pouvoir à l’IGPN qui dédouane presque systématiquement les forces de l’ordre, tout le système est à revoir.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En deux années de présidence, Emmanuel Macron aura au moins réussi une chose : enregistrer le pire nombre de morts et de blessés lors d'opérations de maintien de l'ordre depuis 1968, en encourageant la répression brutale des mouvements sociaux, en faisant usage de la force sans modération aucune, au point d'apparaître comme un faible monarque républicain, quasiment aux mains de la police et de la gendarmerie. Le premier ministre Édouard Philippe, le ministre de l'intérieur Christophe Castaner et son secrétaire d’État Laurent Nuñez sont également comptables de ce sombre bilan.