Un livre féministe provoque un désir de censure au ministère de l’égalité femmes-hommes

Par Marie Barbier

L’essai Moi les hommes, je les déteste, de Pauline Harmange, est susceptible de « poursuites pénales », assure Ralph Zurmély. Ce chargé de mission au ministère délégué à l’égalité femmes-hommes menace les éditeurs de saisir la justice si l’ouvrage n’est pas retiré de la vente.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En 1941, dans le film Vénus aveugle d’Abel Gance, Viviane Romance chantait : « Je vous déteste, les hommes,/ Toujours toujours pour vous nous sommes/ L’éternelle bête de somme,/ Depuis l’éternité. » Des paroles qui ne seraient pas aujourd’hui du goût de Ralph Zurmély, chargé de mission au ministère délégué à l’égalité femmes-hommes, qui souhaite interdire à la vente le livre féministe de Pauline Harmange Moi les hommes, je les déteste. Et menace de saisir la justice si les éditeurs ne retirent pas d’eux-mêmes le livre de leur catalogue.