Allemagne: l’AfD choisit une ligne très à droite, mais pas extrême

Par

Réuni pour un congrès « fondateur » à Stuttgart, le parti ultraconservateur allemand s’est doté d’un programme fédéral. Les 2 400 délégués ont entériné les choix d’une direction évitant tout dérapage vers l’extrême droite. La nouvelle cible de l’AfD est désormais l’islam politique. Pour la sortie de l’euro ou le retour au nucléaire et au charbon, le parti rêve d’un retour en arrière avant 68.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Berlin (Allemagne), correspondance.- Réactionnaire, raciste et décomplexé. C’est sous ce jour que le parti « Alternative pour l’Allemagne » (Alternative für Deutschland – AfD) s’est présenté ce week-end à l’occasion de son « Congrès pour un programme fédéral ». Un congrès fondateur, puisque c’est la première fois que ce parti créé en 2013 se dote d’un programme d’envergure nationale. « L’AfD veut en finir avec l’Allemagne soixante-huitarde contaminée au gauche-rouge-vert », a lancé sous les vivats le coprésident Jörg Meuthen.