L’Espagnol Ernesto Castro: «Nous avons perdu la capacité d’écoute propre au mouvement indigné»

Par

Ce philosophe et youtubeur avait 20 ans lors du mouvement des Indignés espagnols. Dix ans plus tard, il publie un essai drôle et cinglant sur les legs de ce dernier, qui a transformé sa vie comme la politique espagnole.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Madrid (Espagne).– Le terme s’est imposé dans le langage courant, révélateur du caractère quasi sacré de cette expérience pour certains pans de la gauche espagnole : « quincemayista », un adjectif qui renvoie au 15-M, le mouvement de protestation qui surgit sur les places du pays le 15 mai 2011 et bouscula la politique nationale. Dix ans après les occupations de la place Puerta del Sol à Madrid, de la place de Catalogne à Barcelone, et tant d’autres, le philosophe madrilène Ernesto Castro, né en 1990, publie un essai vivifiant, souvent très dur à l’encontre de Podemos, dans lequel il tente de cerner les contours de son propre « quincemayismo » - « une anomalie esthétique qui [l]’a obligé à sortir de ma chambre pour faire des trucs », précise-t-il.