L’Inde mise sur la conquête de l’espace

Par

L’agence spatiale indienne vient de tester avec succès un prototype de navette recyclable au-dessus du golfe du Bengale. Poussés par la puissance publique, ses chercheurs redoublent d’ingéniosité pour mettre au point des lanceurs de satellites à bas coûts. Leurs fins sont de plus en plus militaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bombay (Inde), de notre correspondant.– La foule de curieux massés sur les bords du golfe du Bengale n’aura pas vu grand-chose. Lundi 23 mai, deux heures après le lever du soleil, une navette modèle réduit s’est arrachée du pas de tir de Sriharikota, l’île située au nord de Madras, où se trouve la base de l’Organisation de recherche spatiale indienne (ISRO). Rapidement, l’engin a atteint une altitude de 65 km dans un ciel azur avant de redescendre dans un panache blanc, pour amerrir sans encombre, à 450 km de là. L’opération n’aura duré qu’une dizaine de minutes mais elle était cruciale. Pour l’Inde, il s’agissait en effet de démontrer qu’un véhicule de lancement de satellites fabriqué par ses soins peut revenir sur Terre après utilisation, et remplir par la suite de nouvelles missions.