Après le meurtre de George Floyd, la semaine où tout a basculé aux Etats-Unis

Le meurtre de George Floyd, un homme noir, commis par un policier de Minneapolis, a déclenché un mouvement de protestation déjà historique. Le pays redécouvre de façon spectaculaire l’ampleur de ses tensions sociales et raciales, exacerbées par un président incendiaire.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lorsqu’il fut élu, Barack Obama, premier président noir à accéder à la présidence des États-Unis, promettait une Amérique enfin débarrassée de ses profondes tensions raciales. Ces tensions, aussi anciennes que la République américaine, ne se sont jamais résorbées. Elles puisent leur origine dans l’esclavage (dix des douze premiers présidents états-uniens possédaient des esclaves), mais aussi dans des décennies de ségrégation méticuleuse et de criminalisation des Noirs.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal